Le paillis

Avec l’arrivée de l’été, la chaleur déshydrate nos parterres plus vite que notre capacité ou disponibilité pour arroser. Le paillis est la solution idéale pour conserver l’humidité dans le sol et préserver la microfaune active près de la surface. De plus, il élimine pratiquement l’apparition des mauvaises herbes, il prévient l’érosion et garde les plantes propres lors des fortes pluies.

Il existe différentes sortes de beaux paillis dans le commerce : écales de cacao ou de sarrasin, résidus de cèdres et même des galets. Je recommande plutôt les paillis organiques qui améliorent le sol petit à petit en se décomposant, et qu’on renouvelle régulièrement. Celui que je préfère est le bois raméal fragmenté (BRF) 1, c’est-à -dire : les branches déchiquetées par les compagnies d’élagage ou parfois par les services publics. Ce matériel est disponible assez facilement et est extrêmement riche en éléments nutritifs. Il attire les vers de terre comme un aimant! Contrairement au bois du tronc, très riche en carbone, le bois raméal contient un bon pourcentage d’azote, car il est composé de matériel vivant et il n’y a aucun danger d’acidifier le sol, à condition de ne pas contenir plus de 20 % de conifères . Il faut «magasiner» un peu les compagnies qui en produisent, car la qualité esthétique des BRF est très variable en fonction de la déchiqueteuse utilisée. À défaut, le paillis de cèdre est un bon deuxième choix et, aussi étonnant que cela paraisse, notre cèdre québécois (Thuya occidentalis) est le seul conifère qui n’acidifie pas le sol. D’ailleurs les thuyas poussent souvent en compagnie des érables et autres arbres à feuilles caduques.

Dans les plates-bandes de fleurs, on applique une couche de 3 à 5 cm de paillis . Autour des arbres et des arbustes, vous pouvez aller jusqu’à 10 cm, en prenant soin de laisser le tronc dégagé pour éviter d’abriter des mulots. Le paillis est aussi un excellent substitut aux couvre-sols dans les endroits où pratiquement rien ne semble vouloir pousser, comme sous un érable argenté ou un grand conifère .

%d blogueurs aiment cette page :