Création d’une bande riveraine

Depuis l’été 2006, les cyanobactéries ont fait la une des journaux, car leur toxicité en fait un sujet de préoccupation important pour les propriétaires riverains. Ces «fleurs d’eau» (proliférations anarchiques d’algues ou plantes aquatiques) sont principalement dues à un excès de phosphate.

Les cyanobactéries peuvent provenir des installations septiques, des produits nettoyants riches en phosphore, des engrais et de l’érosion. La meilleure façon de retenir les sédiments et les éléments nutritifs lessivés par la pluie et le ruissellement, c’est de naturaliser une bande riveraine de 10 à 15 m de large en bordure du lac. Le simple fait de ne plus tondre la pelouse au bord de l’eau suffit pour qu’une végétation naturelle se développe en une saison. Cependant, c’est un processus assez lent et il est possible que de grands arbres se développent, obstruant ainsi la vue à long terme.

Le mieux est de planter des espèces appropriées au milieu et qui permettent de conserver une vue sur le lac. En milieu sec, on pourra planter des arbustes comme l’érable de l’Amour (Acer tataricum) , le chalef argenté (Elaeagnus commutata) ou la shépherdie argentée (Shepherdia argentea) . En haut des murets, on recommande de la vigne vierge ou des genévriers (Junipers sp.) . Là où le sol est un peu plus frais, on choisira de la potentille et des spirées.

Si le milieu est régulièrement inondé, il faut carrément opter pour des plantes qui tolèrent beaucoup d’humidité : le myrique baumier (Myrica gale) ou le saule arbustif, par exemple. Pour planter une bande riveraine, il ne faut surtout pas arracher le gazon ni dénuder le sol. On plante à travers le gazon et on ne le tond plus. Un paillis végétal aidera les jeunes plants à survivre dans l’herbe haute jusqu’à ce qu’ils soient assez forts pour se débrouiller tout seuls. Plusieurs sites Internet peuvent vous guider dans votre choix de plantes, dont celui du Rappel (http://www.rappel.qc.ca) qui vous permet de télécharger une liste de végétaux pour la renaturalisation.

À lire : Soltner, Dominique. Bandes enherbées et autres dispositifs bocagers . Collection Sciences et techniques agricoles, 2001, 23 pages.

%d blogueurs aiment cette page :