Connaissez-vous nos espèces maritimes?

La flore du Québec regorge d’espèces variées provenant de la multitude d’habitats qui composent nos paysages. Les berges du fleuve, depuis l’Île-d’Orléans jusqu’au Labrador, comportent une abondance de magnifiques espèces indigènes parfaitement adaptées au difficile climat maritime.

Vents omniprésents, air salin, substrat fortement minéralisé, autant de caractéristiques contraignantes qui constituent l’ordinaire de ces espèces particulières. Les espèces maritimes peuvent bien entendu servir à aménager les abords du fleuve, mais grâce à leurs facultés d’adaptation à ces conditions difficiles, elles peuvent également convenir pour l’aménagement des toits-terrasses, la plantation en bord de route, l’aménagement de rocailles sèches ou la plantation en auges. Autant de nouvelles possibilités pour ces espèces extraordinaires qui sont malheureusement trop peu connues des jardiniers.

En voici quelques-unes à découvrir : Antennaire de Gaspésie (Antennaria gaspensis) : couvre-sol résistant à la sécheresse.

campanule à feuilles rondes (Campanula rotondifolia) : petite plante délicate, mais aussi costaude qu’une mauvaise herbe ! Corydale toujours verte (Corydalis sempervirens) : annuelle très colorée qui se ressème allègrement.

Chalef argenté (Elaeagnus commutata) : arbuste vigoureux au feuillage gris. Iris à pétales aigus (Iris setosa) : version miniature de l’iris versicolor.

Pois de mer (Lathyrus maritimus) : légumineuse bénéfique pour les sols. Mertensie maritime (Mertensia maritima) : magnifique espèce rampante à fleurs mauves.

Primevère laurentienne (Primula laurentiana) : joyau de notre flore, elle n’a rien à envier aux primevères cultivées.

Sanguisorbe du Canada (Sanguisorba canadensis) : plante élancée aux fleurs en épis . Herbe-à -liens (Spartina pectinata) : graminée vigoureuse, dont les toits de chaume étaient faits autrefois.

%d blogueurs aiment cette page :